Un gourou à la barre du tribunal

UN GOUROU À LA BARRE DU TRIBUNAL

Source  la presse de Vesoul
Publié le 01/10/18

L’affaire, qui devait être jugée en février, avait été renvoyée suite à une tentative de suicide de la prévenue. Elle sera évoquée à partir de ce matin devant le tribunal de Vesoul.

Le procès de la “Ferme des deux soleils” était attendu depuis de nombreux mois par les nombreuses parties civiles de ce dossier. Mais le 28 février dernier, la déception a été grande pour eux : cette affaire, qui devait être jugée sur trois jours par le tribunal correctionnel de Vesoul, a été renvoyée. Me Aline Guinet-Lamazouere, avocate de la défense, avait annoncé, dès l’ouverture de séance, que sa cliente avait fait une tentative de suicide à la veille des débats. Elle serait alors tombée dans le coma.

Le procès est donc prévu à partir de ce lundi 1er jusqu’au mercredi 3 octobre. Cette thérapeute énergéticienne de 55 ans, domiciliée dans l’ouest de la France, est poursuivie pour “exécution d’un travail dissimulé”, “abus frauduleux de l’ignorance ou de la faiblesse d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de pression ou technique de nature à altérer le jugement” et “abus frauduleux de l’ignorance ou de la faiblesse d’une personne par dirigeant d’un groupement poursuivant des activités créant, maintenant ou exploitant la sujétion psychologique ou physique des participants”. Quinze parties civiles et deux victimes sont citées dans ce dossier.

Les enquêteurs se sont vite penchés, dès 2009, sur les activités de cette ferme basée à Servance, qui serait le cadre de dérives sectaires. Les membres du groupe travaillaient sur l’exploitation, mais aussi dans une association et une société proposant des formations et des séances de thérapie énergétique, ainsi que des activités de maraîchage. Certains ont même accumulé de nombreuses heures de travail sans recevoir aucun salaire.

En 2011, quatre membres de la “Ferme des deux soleils” donnent l’alerte, accusant la quinquagénaire d’être le gourou d’une secte. Ils décrivent les manipulations mentales que la prévenue aurait commises sur eux, en se présentant notamment comme la porte-parole d’un archange qui lui montrerait la voie vers la vie éternelle. D’autres victimes ont, par la suite, raconté des expériences similaires. Marqués par des événements douloureux de leurs vies, les membres du groupe expliquent avoir ressenti de la peur et de la culpabilité au contact de la thérapeute énergéticienne, qui les gardait ainsi sous sa coupe. Pour la majorité de ces personnes, les conséquences ont été lourdes : rupture de liens avec leurs proches, perte d’argent (parfois de lourdes sommes), de leurs biens immobiliers ou de leurs emplois, anxiété, dépression…

La prévenue conteste les accusations portées contre elle et estime que les anciens membres de la “Ferme des deux soleils” ont porté plainte contre elle par jalousie ou par envie de lui soutirer de l’argent. Elle a été placée en détention provisoire de mai à septembre 2012, avant d’être placée sous contrôle judiciaire.

Lors du renvoi, fin février dernier, le procureur Emmanuel Dupic avait rappelé que cette affaire est “un dossier à enjeux dans la lutte contre les phénomènes sectaires”. Un dossier dont les parties civiles et les victimes espèrent qu’il sera enfin clôturé, le mercredi 3 octobre.