Vesoul : soupçonnée de dérive sectaire, la gourou présumée de la ferme des Deux Soleils absente à son procès

Vesoul : soupçonnée de dérive sectaire, la gourou présumée de la ferme des Deux Soleils absente à son procès

Source : francebleu.fr
Publié Lundi 1 octobre 2018 à 16:02 – Mis à jour le lundi 1 octobre 2018 à 17:44
Par Jean-François Fernandez, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon et France Bleu

Le procès de la responsable de la ferme des Deux Soleils à Servance s’est ouvert ce lundi à Vesoul sans la prévenue. Luce B., poursuivie pour “abus de faiblesse”, considérée comme la gourou de cette présumée secte, n’était pas présente lorsque les gendarmes sont venus la chercher.

Coup de théâtre à l’ouverture du procès de la ferme des Deux Soleils, lundi 1er octobre au tribunal de Vesoul. La prévenue n’est pas présente, elle n’est pas non plus représentée par un avocat. Luce B., qui avait créé en 2009 la Ferme des Deux Soleils à Servance en Haute-Saône, devait comparaître pour abus de faiblesse dans le cadre de ce que la justice estime être une secte. Quinze personnes se sont constituées partie civile.

Politique de la chaise vide

Déjà, en février, ce procès avait dû être reporté en raison d’une tentative de suicide de la prévenue. Pour ce report à début octobre, le tribunal avait décidé d’un mandat d’amener. Vendredi dernier lorsque les gendarmes du Morbihan se sont présentés au domicile de la prévenue, elle n’était pas présente. Son mari a simplement remis de sa part une clé USB aux gendarmes.

Si je viens au procès, je vais tomber dans une souricière » – Luce B., la gourou présumée de Servance

En ouverture d’audience, Claire-Marie Casanova, la présidente, fait lecture de la retranscription de messages audio enregistrés sur cette clé USB. Luce B. explique s’être séparée de son avocat et ne pas vouloir assister à son procès. “Si je viens au procès, je vais tomber dans une souricière”, dit elle.

Pour le procureur de la république Emmanuel Dupic, la mise en cause n’avait jamais eu l’intention de se présenter au procès.


Ceux qui rejoignent le groupe doivent couper les ponts avec leur famille

En 2012, le parquet de Vesoul avait ouvert une instruction après réception d’une lettre signée d’une personne se présentant comme victime d’une secte. Dans ce courrier, cette personne explique la technique de “diviser pour mieux régner” pratiquée par celle qui est qualifiée de “gourou”. Les personnes qui viennent rejoindre “le groupe” doivent couper les ponts avec famille et amis. La ferme propose des formations de “thérapie énergétique”. Très vite, les personnes tombent sous l’emprise de la responsable : elle arrive à les convaincre de vendre leurs bienspour en faire don, afin de racheter la ferme situé à Servance. Le préjudice total des 15 parties civiles est de 345.000 euros.

Une victime explique avoir quitté son emploi en demandant une disponibilité : ” elle nous demandait d’être plus présents”. Son conjoint refuse de quitter son emploi. A la barre, la victime avoue que cela leur a permis de garder un pied ans le monde réel, ce qui déplaisait fortement à Luce B.

Une autre victime explique être arrivée comme apiculteur à la ferme. Il n’y avait rien d’écrit mais elle a dû créer son entreprise, et sur chaque vente de miel, reverser une partie à la ferme. Pour pouvoir bénéficier des “thérapies”, les membres du groupe devaient s’installer à la ferme. Mais pour cela, ils devaient payer un loyer. Leur présence quotidienne était justifiée par la nécessité de travail : du maraîchage pour produire les légumes bio, des présences dans l’un des cinq magasins de vente de produit de la ferme ou sur les marchés

Dérive sectaire, “double cosmique”

Un expert spécialisé dans les dérives sectaires est venu passer une semaine à Vesoul au moment de l’instruction. Il explique l’emprise de la prévenue, qui profitait d’une faiblesse momentanée des 15 personnes parties civiles pour les manipuler. Chaque fois que la famille d’un membre du groupe se rend compte d’un changement de comportement, la responsable de la ferme explique qu’il faut couper les ponts avec cette famille négative.

Luce B. parle de réincarnation et arrive à convaincre les membres du groupe que chacun a “un double cosmique”. En fonction du comportement de chacun, elle les culpabilise en expliquant qu’ils ne sont pas digne de leur double.

Des réquisitions lourdes en l’absence de la prévenue

Emmanuel Dupic, le procureur de la République de Vesoul ne cache pas son intention de requérir la peine la plus lourde possible, compte tenu de l’absence de Luce B. Initialement prévu sur trois jour, le procès va se terminer ce mardi. Le mandat d’amener est toujours valable, la prévenue est donc recherchée.

Par : Jean-François Fernandez