Médecines alternatives, je soigne moi non plus

Médecines alternatives, je soigne moi non plus

Source franceculture.fr
Publié le 21/05/2018

 

Quelles sont les principales médecines alternatives ? Comment sont-elles réglementées ? Où et par qui sont-elles pratiquées ? Comment les évaluer ?

Une tribune signée fin mars par 124 médecins dans les colonnes du Figaro ravivait le débat sensible dans notre pays sur le remboursement de l’homéopathie, fondé sur le manque de preuves de son efficacité clinique, ainsi que sur la reconnaissance des qualifications médicales d’autres diplômes de ces MAC, pour médecines alternatives et complémentaires. Que sont ces MAC ? Peut-on tout mettre sur le même plan, de l’acupuncture au magnétisme ? Quelle est leur place dans le parcours de soin et surtout, comment évaluer leur efficacité réelle ?

Médecines alternatives, je soigne moi non plus : c’est le problème auquel nous allons nous atteler dans l’heure qui vient. Bienvenue dans La Méthode Scientifique.

Pour examiner ces questions fort sensibles, qui touchent de très près à notre rapport à la santé, au soin, à des convictions parfois rationnelles et d’autres qui le sont moins, nos deux invités qui vont avoir cette lourde tâche sont aujourd’hui Bruno Falissard, psychiatre, professeur de santé publique à l’université Paris-Sud, directeur du Centre de Recherche en Epidémiologie et Santé des Populations, membre de l’Académie de médecine, et en duplex depuis les studios de nos camarades de France Bleu Touraine à Tours avec Alain Autret, professeur honoraire de neurologie à l’Université François Rabelais de Tours.

Le reportage du jour

A l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, le néphrologue Alain Baumelou a fondé un centre de médecine chinoise, qui propose aux malades de manière encadrée des soins en complément de leurs traitements classiques. Par Céline Loozen :

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE – reportage “médecine chinoise à la Pitié Salpêtrière”