Un an avec sursis requis au procès d’un psy pour "abus de faiblesse"

samedi 4 octobre 2014

Extrait de afp.com du 04.10.2014 : Un an avec sursis requis au procès d’un psy pour "abus de faiblesse"

L’accusation a demandé vendredi soir un an de prison avec sursis en appel à Paris contre un psychothérapeute de 78 ans et son épouse accusés d’avoir soutiré par "abus de faiblesse" près d’un million d’euros à deux de leurs patients, dont une nièce par alliance.
[...]
Au total, les deux plaignants -dont une nièce par alliance qui affirme également qu’il a profité d’elle sexuellement- lui ont versé 238.000 euros et 750.000 euros pour payer leurs séances que le thérapeute facturait 320 euros de l’heure avec 50 euros supplémentaires pour chaque faute d’orthographe commise dans des compte-rendus que les patients devaient ensuite lui remettre.

- EN ÉTAT DE ’SUJÉTION’ -
L’avocate générale a estimé que les méthodes employées étaient "de nature à mettre (les plaignants) en état de sujétion" et ressortaient de "l’emprise" dans laquelle ils étaient plongés, "psychiquement dans un état de totale dépendance".
[...]

La cour d’appel a mis son arrêt en délibéré au 13 février.
so/bd