Psychothérapies sectaires : le cas des faux souvenirs induits

jeudi 26 mai 2005

Extrait de secunews.be du 28.05.2008 : Psychothérapies sectaires : le cas des faux souvenirs induits

[...]
En France, une association (AFSI) a déjà constaté plus de 200 cas et décrit la similitude entre le comportement des thérapeutes déviants et les groupes à caractère sectaire : toute-puissance du thérapeute, embrigadement théorique, cloisonnement du groupe, imposition de l’omerta à l’extérieur du groupe, la cherté des séances de thérapie, la punition financière du membre dissident, la pression et les menaces sur les membres désirant quitter le groupe...
Si les répercussions familiales sont graves – procédures judiciaires contre le père avec comme conséquences des problèmes de santé, d’argent ainsi que d’honneur bafoué - ce phénomène de faux souvenirs induits, essentiellement sexuels, dépasse le simple phénomène sectaire et pose la question de formation des thérapeutes, de la validation des théories psychothérapeutiques, du contrôle et de la responsabilité de ces praticiens.
[...]